L'actualité du sport automobile avec Assurance Auto.fr

Monaco, qui empochera le gros lot ?

La saison de Formule 1 part dans tous les sens, avec cinq vainqueurs différents en cinq courses. Et l'atypique Grand Prix de Monaco pourrait bien confirmer la donne ce week-end. AssuranceAuto.fr vous emmène à Monte-Carlo, dans les coulisses de l'épreuve. Ready ? Go !

 

Un suspense garanti

Connaîtra-t-on à Monaco un 6e vainqueur différent en six courses ? Cette issue improbable peut tout à fait se marier avec la Principauté, où les surprises ne sont pas rares. Surtout si la pluie s'en mêle, comme cela pourrait être le cas dimanche. Ainsi, la F1 vit un début de saison sens dessus-dessous. Cinq pilotes ont déjà gagné, donc, mais aussi cinq écuries différentes. La dégradation des pneus Pirelli nivelle les valeurs et laisse sa chance à tout le monde. Mais si le suspense est garanti à chaque course, cette égalité ne fait pas l'unanimité. Surtout du côté des "gros", un jour en haut de l'affiche, au ralenti le lendemain.

 

Une absence de hiérarchie

Red Bull, McLaren ou encore Mercedes en ont fait les frais en Espagne, où Pastor Maldonado a apporté à Williams une première victoire depuis 2004. Devant l'absence de hiérarchie et de lisibilité, les oreilles de Paul Hembery (le patron de Pirelli Motorsport) ont chauffé, mais celui-ci a voulu rassurer ses clients à l'amorce du GP de Monaco : "Les pilotes pourront mettre les pneus à mal du début à la fin." Il est vrai que les vitesses réduites en Principauté ont tendance à atténuer la désagrégation des pneumatiques. L'an dernier, Sebastian Vettel s'était imposé en n'effectuant qu'un seul arrêt au stand."Il est toujours très particulier de courir à Monaco. Il faut sans cesse se mettre à la limite et y mettre également la voiture", explique le co-leader fragile du classement des pilotes.

 

Difficile de doubler

La difficulté d'y doubler nécessite également une séance de qualification parfaite. "Pour être performant à Monaco, il faut rester en dehors du trafic, et pour cela, faire la course en tête peut être le meilleur moyen", conseille Pat Fry, le directeur technique de Ferrari, qui apportera pour l'occasion quelques petites nouveautés aérodynamiques. Restant sur deux grosses performances à Bahreïn et en Espagne, les Lotus seront aussi à surveiller de près. "Marquer des points est une chose. Mais nous voulons vraiment une victoire. Nous célèbrerons notre 500ee Grand Prix à Monaco, alors l'histoire serait belle !", rêve déjà Éric Boullier, le directeur de l'écurie Lotus F1. Elle le serait encore plus si Romain Grosjean venait succéder à Olivier Panis, dernier vainqueur français en F1… à Monaco (1996).

 

La météo du week-end

La course pourrait se disputer sur un asphalte mouillé. Des risques de pluie sont ainsi annoncés sur la Principauté pour la fin du week-end. Les températures ne devraient pas dépasser les 21 °C. Seule la première journée de jeudi est assurée d'un temps sec et ensoleillé.

 

Le circuit

Mythe absolu dans l'histoire de la F1, le GP de Monaco, couru pour la première fois en 1929, n'a plus été retiré du calendrier depuis 1955. Son circuit urbain, ses bosses, ses virages serrés, son tunnel passé à fond ont construit sa légende. L'étroitesse de la piste et les rails qui la longent sont aussi source de nombreux carambolages.

Longueur : 3,340 km
Tours : 78
Total : 260,52 km

 

Le programme

Jeudi
10h00-11h30 : Essais Libres 1
14h00-15h30 : Essais Libres 2

Samedi
11h00-12h00 : Essais Libres 3
14h00 : Qualifications

Dimanche
14h00 : Course

 

Palmarès

2011 : Sebastian Vettel (Red Bull-Renault)
2010 : Mark Webber (Red Bull-Renault)
2009 : Jenson Button (Brawn-Mercedes)
2008 : Lewis Hamilton (McLaren-Mercedes)
2007 : Fernando Alonso (McLaren-Mercedes)
2006 : Fernando Alonso (Renault)
2005 : Kimi Räikkönen (McLaren-Mercedes)

 

© AssuranceAuto – Julien KONCZATY – mai 2012